novembre 2015

13, novembre, vendredi, soir, il fait beau…

Pas de mots…
Je choisis cet image de Jean Jullien car elle correspond à mon souhait de la paix. Si nous faisons la guerre, nous aurions la guerre comme réponse. Et en plus nous ne connaissons pas la cause, ni la cause de cause. Pourquoi ? Au nom de quoi ?
En négatif – car j’en suis profondément affectée.

Lire plus →

Absurde

Une petite réflexion à l’occasion de dernières nouvelles concernant Omar Raddad.
Si la personne peut écrire cela veut dire qu’elle est vivante. Cela veut dire qu’elle n’est pas morte. Elle ne peut pas donc écrire « j’étais tuée » ou « quelqu’un m’a tué ».

La faute et le paradoxe font sûrement la force de cette phrase.

Lire plus →